create counter

REPORT du LAB #6

Un bel et grand évènement que nous attendions tous avec la plus grande des impatiences ! C’est un peu nostalgiques, mais surtout reconnaissants et des sets plein les oreilles, que nous revenons sur la finale de cette 6e édition du Lab Festival. 

lab

Avant même de revenir sur la finale, si on se refaisait ces 7 mois passés ensemble ? 

Cette année, on a reçu quelque chose comme 480 candidatures, alors imaginez un peu le nombre de sets écoutés… Ensuite, les 107 candidats sélectionnés se sont disputé leur place en huitième de finale sur 20 dates. Encore de bonnes petites heures de set aux compteurs, auxquelles on ajoute les 30mins de mix par candidat sur les 5 quarts de finale qui ont eu lieux au Panic Room et sur les 4 demies au Generator. Chaque sets ont été jugé et évalué par 37 jurys, tous professionnels dont l’oreille musicale est bien bien loin d’en être à son premier essai.

Bref, beaucoup de dates, beaucoup de gens & évidemment, beaucoup de bière… peu être même un bon 400 litres (rien que ça) et 2 bouteilles d’eau, pour la conscience. Pendant ce temps-là, la musique tourne encore. 

Donc, un total de 353 h de set… et pourtant, on en veut encore !

Alors 7 mois plus tard, nous y voilà.
Après avoir applaudi jusqu’à s’en abimer les mains, taper des pieds jusqu’à s’en bousiller les semelles, nous laissons l’ivresse de coté pour venir vous raconter, non pas notre histoire (vous la connaissez déjà), mais la fin d’une belle édition.

Cette année, la finale s’est passée au YOYO — Palais de Tokyo. Un temple de la nuit, une adresse incontournable qui a vu passer un beau nombre de grands noms.
C’est dans cette effervescence festive, inspirée et inspirante que nos 4 finalistes ont eu la chance de se produire et de vous faire danser. D’ailleurs, ils s’excusent tous pour vos semelles, et on vous promet d’en toucher un mot à Dimitri From Paris (; lors de la Disco/Disco qui a parfaitement bien prolongé la nuit de chacun. 

Bon, revenons sur notre finale. 

Une ouverture des portes à 20 h pour que le premier vinyle soit posé quelques minutes après. S’en sont suivi les 4 sets rythmés, endiablés et enivrants des finalistes Sebka, Anouch, Kazam et Feel Hype [on arrête de compter les heures de musique, promis]. Aujourd’hui bien plus que des poulains, ils se sont défendus comme des pro.
Si on ne s’est pas fait prier pour danser, choisir un gagnant n’a pas été aussi simple pour les jurys…
& Merci à Monsieur Marvelous d’avoir présenté & animé cette folle soirée.

C’est après délibération que SEBKA a été proclamé grand gagnant de cette 6e édition !
CLAP CLAP-On continue d’applaudir, il le mérite pleinement (& sans spoiler, on le retrouvera bien assez tôt à nos côté (; )